La liberté ? Y-a-t-il un prix à payer pour la vivre ?

2 juillet 2020

Aujourd’hui, avec la polémique des masques et les nombreuses réactions, j’ai envie de vous apporter ma réflexion sur ce thème.

Ce qui me frappe, c’est le fossé qui sépare les « pro-masques » des « anti-masques » ou des « on ne va pas faire d’histoire pour cela » aux « c’est une grave atteinte à notre liberté ».

Je ne crois pas que le véritable problème est le port du masque, c’est juste pour certains un révélateur d’autre chose. Pour ne rien vous cacher, j’ai clairement été du côté des « anti », car je ne voyais aucune cohérence dans les décisions gouvernementales (ce n’était pas nécessaire au plus fort de la pandémie à ça devient obligatoire au moment où la situation est revenue presque normal …oui, c’est la réalité des chiffres d’hospitalisation et de décès). Même si je continue de penser que cette décision est inadaptée à la situation actuelle, j’ai choisi (car c’est un choix) de cesser de m’énerver pour cela, car au fond cela n’impacte pas fondamentalement ma liberté. Les contraintes sont déjà nombreuses dans notre société (port de la ceinture, règles de la circulation, paiement des impôts, etc.) et cela ne m’empêche pas de me sentir tout à fait libre. Il est vrai que toute décision (en entreprise, gouvernementale ou parentale) est mieux acceptée et appliquée si on en voit le sens.

En fait, j’ai beaucoup de choix. Si je ne désire pas porter de masque, je peux décider de payer une amende, je peux choisir des petits commerces où il n’est pas obligatoire (je sais que cela dépend des régions), je peux tout faire livrer à domicile, je peux prendre mon véhicule automobile plutôt que les transports en commun, je peux faire mes achats dans le canton voisin, le Valais, à 5 km de chez moi où il n’est pas obligatoire et l’atmosphère bien plus détendue. Comme chaque choix dans notre vie, cela a des conséquences pour moi et pour d’autres. A moi de les faire au plus proche de mes valeurs.

Sur la notion de liberté, Roger MacGoven, condamné à mort pour un crime qu’il n’a pas commis écrivait dans une correspondance cette phrase qui m’avait bouleversé : « Aucun barreau, aucun mur de prison ne pourront m’empêcher de me sentir libre ». Merci à ce grand sage de nous rappeler que la liberté est à l’intérieur de notre être et ne dépend d’aucune circonstance extérieure.

Aujourd’hui, je choisis d’utiliser cette situation pour recréer de la paix en moi. C’est nécessaire à défaut d’être facile et je ne désire pas alimenter la séparation entre les êtres humains car nous aurons besoin d’être unis pour d’autres défis bien plus importants qui nous attendent.

Je remercie Isabelle Padovani qui à travers son récent podcast a mis des mots sur mon ressenti et m’a permis de faire ce pas vers plus de paix.

Profitez de la chaleur estivale pour vous faire du bien.
En indiquant votre adresse mail, vous acceptez en échange de notre cadeau que nous vous adressions des offres personnalisées de formations. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en nous adressant un mail et à travers les liens de désinscription.

Prochaines activités :

Aucune activité à l'horaire pour le moment.